A - La France, une terre d'accueil

Tout d'abord, la France est considérée comme étant une terre d’accueil. D’une part, elle est dite « pays de la liberté » , qui est expliqué par la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen votée en 1789 qui insiste sur la liberté, l'égalité et la résistance à l'oppression. De plus, Dès 1791, la France révolutionnaire a accordé l'égalité à la communauté juive.  De ce fait tout étranger persécuté dans son pays peut trouver asile en France.

On en déduit que notre devise proclame la Fraternité. Effectivement, lors de la Commune de Paris, les étrangers ont été ainsi considérés comme membres à part entière de la société et certains ont exercé alors des responsabilités. Ce qui explique l'accueil des "Russes blancs" après la révolution bolchevique d'octobre 1917, des arméniens fuyant le génocide turc, des citoyens d'Europe centrale victimes des persécutions liées à leur origine, des républicains espagnols après la guerre civile de 1936-1939.

Ainsi, la formation du peuple français est le résultat de brassages, d'intégrations successives et notre civilisation s'est enrichie de ces apports extérieurs.  Ce qui explique qu’entre les deux guerres mondiales, la loi française a favorisé les naturalisations et accordé la nationalité française aux enfants d'immigrés nés en France. Donc on peut dire que la France est bien une terre d'accueil durant cette période que de nos jours, la multiplication des entrants clandestins dans le pays posent problème.

Le graphique ci-dessous montre que la France d'aujourd'hui est mondialement présentée. En effet, si l'on compare les chiffres de 1999 et 2005, on remarque l'importance de l'immigration (non-clandestine) dans notre pays. Cependant, l'Algérie et le Maroc sont les deux pays qui immigrent le plus en France (presque 700 000 entre 2004 et 2005).

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site